Bossons, bossons

Bon voilà les vacances c’est fini.

Et notre visa a été étendu (ça c’est cool).

Et je reprends le boulot.

Et il fait toujours aussi chaud, j’ai une blessure bénigne au front (surf is dangerous for you man, you know man, the power of mother nature man !), et on rencontre plein d’expats/touristes sympas, en vrac:

  • 2 jeunes anglais qui se prennent une année sabbatique
  • un mec complètement perché (et sa femme) qui donne des cours de yoga à Goa
  • un géorgien qui parle 7 langues, prof de natation à Colombo
  • un patron d’hôtel norvégien (2m, cheveux blonds, longs, et lisses)
  • un angliche qui a fini de construire son hôtel un mois avant le tsunami

Bref il va y avoir de quoi faire!

PS: et comme toujours, bientôt des photos !

Les premiers jours de vacances (Part 2/2)

Voici la suite des épisodes précédents.

Samedi

Tôt le matin (7h !) on se lève, on petit déjeune, et on part marcher pour monter en haut de Ella’s Rock, un sommet/rocher à 2-3h de marche de l’hôtel et qui domine toute la région. Et donc c’est parti le long de la voie ferrée sans train parce que 2 par jour c’est bien assez. On savait qu’après le pont, il fallait prendre à gauche… mais apparemment la dame n’était pas d’accord pour qu’on coupe à travers ses rizières donc on a continué le long des rails. Après une grosse demi heure de marche, on s’est dit (à juste titre) qu’on avait raté le chemin. Donc demi tour… Et enfin en demandant aux gens du coin on trouve un type qui veut bien nous montrer le chemin.

On passe donc à travers son village, à travers les plantations de thé, à travers des maisons même. Et gogogo direction le sommet. Le gars marchait quand même super vite, en tongues, sur une méga pente boueuse dans la jungle humide. Et nous on suivait (moi j’en chiait un peu !)… A un moment il s’arrête et nous parle de lichees (enfin on pensait). Bref on continue, on arrive au sommet, tout nuageux donc on n’a rien pu voir… On lui dit qu’il peut repartir chez lui… Ce qu’il fit après nous avoir reparlé de lichees.

Et la Did se rend compte qu’il a une méga sangsue sur le pied… C’était ça !!! Leechers et pas Lichees !! Donc on rentre vite à l’hôtel après avoir désinfecté le trou et mis un pansement. Sur le chemin, Did se fera attaquer 2 autres fois au même endroit par ces trucs qui sentent le sang.

Après ces aventures, on mange un peu… Et on rejoint un collègue de mon boulot qui habite dans le coin. Il nous annonce qu’il va nous montrer une cascade: on check dans le guide: 171m, la 3ème plus grande du Sri-Lanka, assez calme mais plutôt sauvage lors de la saison des pluie… OK ! et c’est parti pour 1h30 de bus… Dans le dernier bus, il s’est mis à pleuvoir alors qu’on arrivait pas loin de la-dite cascade. On arrive à son pied (après avoir traversé un pont qui enjambe la rivière à la fin de la cascade <= je ne suis peut être pas très clair…) sous une pluie battante. Quand je dit « battante » je pense à « si-tu-reste-une-minute-dessous-c’est-comme-prendre-un-bain ».

On se réfugie donc chez un petit vendeur de babioles… On mange un pamplemousse (bah oui on a le droit!) et on décide de traverser le pont pour aller se réfugier de l’autre côté qui est apparemment plus sécuritaire. La traversée donc: 3 personnes, 2 parapluie, mon sac « water-proof » avec les trucs important (ou électroniques) dedans, 3 paires de tongs, des trombes d’eau en rafale, un brouillard permanent, une traversée épique quoi.

On est donc réfugiés (mais trempés, mais le sac est bien étanche !!) dans un deuxième bouiboui. Et puis finalement on décide de se barrer 500m plus loin (on apprendra plus tard que lors de la dernière fois un rocher s’était détaché de la montagne et avait écrasé ledit bouiboui.

On arrive donc dans un resto, où l’on prend un thé et des photos. Et où l’on apprend aussi qu’une telle monstruosité au niveau de la chute d’eau ne s’était pas produite depuis 20 ans… On se repose donc… Et on repart en touk-touk (notre pote a réussi a nous tirer d’affaire un nombre de fois hallucinant durant cette journée parsemée de merdouilles en tout genres) et là devinez ce qu’on croise?!

Une coulée de boue au milieu de la route qui bloque toute la circulation. On traverse à pied, on (notre pote) négocie un nouveau touk-touk et c’est reparti pour la ville où l’on devrait prendre un autre bus… Si bien sur il en reste. Et à la dernière seconde, on y arrive, et 45 minutes après on est au chaud à l’hôtel.

Au finale une super journée, avec que des emmerdes mais ça restera dans les annales …

Dimanche

On se lève, on prend le déjeuner sur le balcon, on sort de l’hôtel pour aller visiter un temple quand on croise notre chauffeur et notre guide… Donc on part avec eux pour le temple (bof) et pour visiter une fabrique de thé (fermée donc pas de commentaires).

En route on s’est arrêtés dans un petit resto dégeu… Et aussi dans un temple (idée de notre rabatteur) où l’on n’est pas entrés parce que on commençait à en avoir marre. Dommage parce qu’on a loupé une salle qui décrit (avec force détails) ce qui arrive quand on fait des choses mal (coupés en deux si l’on vole…).

On arrive à la maison, on donne la fin des sous au chauffeurs (20 000 en tout…). Et là forcément notre connard de guide nous demande 3000 de plus parce que on est allé avec le chauffeur à d’autres endroits… Bref que de la magouille… Donc engueulade, énervement, on lui file ses thunes, on lui dit qu’on ne veut plus jamais le revoir et hop il se casse. Enfin libres !!!

Et voilà c’est fini !!! Finalement non… Quelques photos pour le plaisir des yeux !! (Cliquez pour agrandir bien sûr)

2 vues de l’hôtel à Ella

Une photo bonus de l’hôtel

Dans l’ordre: un paysage, un temple et la fameuse cascade !

Les premiers jours de vacances (Part 1/2)

Alias: Ca commence bien, ça part en sucette, ça repart bien et ça fini un peu mal et bien.
Alias: Ces rabatteurs faudrait leur péter les bras et leur faire bouffer leur langue.
Alias: On n’a rien vu mais on a tout vécu.
Alias: Attention cet article est un sacré pavé, j’espère que vous avez le temps.
Alias: Allergiques aux parenthèses, passez votre chemin.

Jeudi

Journée de la pleine lune, Poya Day, férié donc au Sri Lanka. Pour fêter ça, un match de cricket est organisé entre la fondation BAF et l’entreprise Barramundi (là où je bosse).

Nous partîmes donc, Dider et moi, de la maison, sur nos fiers destriers (ah oui je vous ai pas dit… on a des motos… ou des mobylettes pour certains… la mienne est moche et lente mais fonctionne bien, celle de Did est classe et puissante mais il en chie encore un peu) pour rejoindre le terrain de cricket.

Alors le cricket… j’avais un peu peur de ne rien comprendre aux règles… et finalement je n’ai rien compris aux règles. Enfin si dans les grandes lignes (et c’est déjà pas mal pour un jeu anglais) et aussi dans des petites lignes mais là j’en suis moins sur.

Finalement BAF à perdu (après 8 matchs sous un soleil de plomb comme ils savent bien en faire au sud du Sri Lanka) de peu. Et on a même pu se faire quelques balles avec Did et des collègues sur le côté du terrain. Conclusion: je ne suis pas trop mauvais batteur, et Did se débrouille bien au lancer, par contre l’inversa ça craint!

À la mi-temps (on va dire que c’était la mi-temps hein…) tout le monde a mangé sur les gradins… les occidentaux (non anglais) essayant de capter les règles. Et c’est à peu près à ce moment qu’il a été décidé qu’on allait faire la fête chez nous après le match…

Et là j’ai rarement vu des gens aussi efficaces, on été rentré faire une petite sieste quand des collègues ont commencé à apporter des bières et du brandy pour fourrer le frigo. Une heure après, les matchs finis, une vingtaine de personne a débarqué en apportant tables, chaises, alcool, apéro à grignoter… Tout ça été installé en 2 minutes chrono je dirait. Après on a bien rigolé, on a chanté en cingalais, on a bien bu aussi… Et ensuite tout ca a été rangé super vite, et nos potes sont tous repartis complètement bourrés à bord de 4×4, motos, et autres engins de la mort (faudrait que je trouve les stats des accidents de la route au Sri Lanka). Bref à refaire !

Vendredi

Premier jour des vacances qu’on avait programmé. On avait trouvé un chauffeur grâce à notre « ami » le rabatteur qu’on appellera Piperade pour plusieurs raison: la première c’est que je n’ai aucune idée de l’orthographe de son prénom, la deuxième c’est qu’il va bien ramasser dans cet article et comme ça, ça brouille les pistes mouahahaha. Bref, départ à 3h du mat’ pour arriver vers 6-7h à Yala (Sud-Est du pays) pour y faire un safari dans parc national.

On arrive à proximité, et on va dans un resto pour prendre un petit dèj, pendant que l’ « ami » de notre « ami » Piperade choppe nos passeport pour nous remplir le formulaire d’entrée dans le parc.

Arrive la note du petit dèj, j’avais pris un truc (plat de toasts avec confiture…) à 95 roupies (1€ = 150 roupies) et le serveur m’avait gentiment demandé combien de tranches je voulais (4). Et là la note arrive donc dans son écrin et on découvre: 380 roupies pour mon truc!!! Oui oui, 4 * 95, ils font payer à la tranche, c’est mieux pour les touristes. Donc énervement, scandale tout ça. Au final on n’en payera que la moitié de mes 4 tranches.

Arrive maintenant le moment de payer pour le safari. Piperade nous avait annoncé que les tickets coûtaient 2800 roupies (faites la conversion vous même) par personne. Mais finalement  c’est passé à 4500 Rs et il faut aussi payer la jeep qui elle coûte 7000 Rs pour le total… Ce qui fait donc maintenant 8000 Rs par personnes (ce qui nous faisait quasiment le prix du chauffeur pour 3 jours <= attention un piège peut se cacher dans cette phrase mais vous ne le découvrirez qu’à la fin du dimanche). Alors là ça commence à bien faire, on annule ces conneries, malgré le chauffeur qui essayait de faire tout son possible pour sauver le truc. On file 3000 au chauffeur parce qu’il s’est bougé le cul pour venir (mon oeil ouais…) et on se casse direction Ella (au centre dans les montagnes) comme prévu (mais un peu plus tôt).

On arrive dans les montagnes (magnifique !!), notre bon « ami » tente de nous emmener dans un hôtel/resto la peau du cul (c’était écrit dans le guide: si vous avez un guide, il vous emmènera sûrement dans cet hôtel qui verse d’importante commissions…) où l’on regarde la vue (toujours magnifique) et d’où l’on repart… On guide notre guide et notre chauffeur vers l’hôtel qu’on avait réservé… Qui s’est avéré être un hôtel super réglo qui ne versait pas de commissions mouahahaha.

L’hôtel maintenant: on est 50 m au dessus du village, on a une vue panoramique sur la faille d’Ella et sur une cascade au loin, c’est super paisible, le patron ressemble à un grand gourou indien trop sympa.
Bref, c’est génial (et pas trop cher), on renvoie Piperade et le chauffeur chez eux, comme ça on aura la journée de demain libre. On mange à l’hôtel, on fait une petite balade dans le coin et on se couche tôt pour se préparer à un samedi sans parasites !

Et voilà c’est fini pour la première partie… Dans le prochain épisode: des cascades, de la violence,  des animaux sauvages, de la traitrise, des retournements de situation, de la romance (euh ça non en fait). À bientôt !!!

Beach Boys et Surf !

Alors alors, brave gens! Voila le récit d’un week-end qui point le bout de nez.

Alors le samedi on est allé se baigner… Première fois depuis notre arrivée. Donc sans surprise, l’eau est chaude, l’océan est bleu (parfois turquoise mais pas trop en face de chez nous), les vagues sont puissantes et anarchiques (un peu) et le soleil tape fort (carrément même).

Donc on s’est un peu baigné et on est allé se reposer, on a mangé en ville dans un petit bouiboui pour un prix somme tout modique (130 Roupies le Rice&Curry (plat local de base: plus d’informations dans un prochain épisode) bien garni… moins d’un euro quoi…). Et le soir on est allé à EasyBeach, un hotel tenu par un norvégien, tout blond tout surfeur, tout buriné par le soleil. Super bonne ambiance, très peace ! Vendredi aussi, on était là-bas, et on lui avait parlé de la Chartreuse, en lui disant qu’on lui en apportait un bouteille. Ce qui fut fait le samedi mais il devait partir tôt donc il nous a invité a manger le dimanche aux frais de la princesse (viking j’imagine).

Le dimanche donc… On se lève la matin de bonne heure de bonne humeur… Et on part prendre une leçon de surf dans la baie de Weligama. Petit bilan: ce n’est pas trop trop dur, j’ai réussi à choper 4 ou 5 vagues (debout et tout !!) sur une bonne longueur. Il y a beaucoup d’attente de la bonne vague, et parfois ca rate, mais une fois qu’on part c’est super bien. Par contre il faut toujours se farcir les vagues pour retourner dans la mer ça c’est un peu lourd… Une heure super crevante, et après ça un gros petit dèj bien sympa dans l’hôtel.

Ensuite notre « pote », un genre de rabatteur a touriste mais sympa quand même mais quand même rabatteur… nous a emmené dans une sorte de jardin botanique qui font plein de produits bio, tout ça tout ca… Bon il nous fallait un truc après soleil (qui au final marche bien) mais ca donne toujours l’impression de se faire entuber. Mais maintenant on se fait plus avoir mouahahaha!!

C’est fini pour aujourd’hui !!

Petit point après quelques jours

Bonjour (ou bonsoir ou bon matin ou bonne nuit ou ce que vous voulez si vous n’êtes pas dans le même fuseau) !!

Alors donc, on est bien arrivé, les 10 h d’avions n’ont pas été trop violentes, en plus on a vraiment bien mangé avec Qatar Airways! L’arrivée à l’aéroport, la douane tout ça s’est bien passé. Le seul gros problème est qu’on a bien failli pas partir pour des histoires de renouvellement de visa touriste et de dates de retour connues par la compagnie… Mais bref c’est arrangé, ça nous a donné quelques sueurs mais c’est bon maintenant.

Ensuite la maison: nickel, super grande avec deux grosses chambres. Une avec 2 petits lits et une avec un immense, pour l’instant on est chacun dans une, peut être qu’on échangera au fil du temps. Dans le jardin, il y a un trentaine de cocotiers et une vache !

Le boulot se passe plutôt pas mal, j’ai pas trop commencé mais je suis super libre donc il va y avoir des trucs à faire. Je suis avec mon portable au milieu d’un énorme boatyard et donc il fait assez chaud, donc moi et mon pc en chions un peu.

En parlant de chier, je vous présenterai un jour prochain la douchette…

La bouffe maintenant. C’est bon, ça pique mais c’est bon. On a bouffé pas mal dans un resto (un peu cher) en face de chez nous, mais on commence à s’organiser, à chercher des petits restos, a tenter de faire la cuisine. Et tous les midis je mange à l’usine… Avec les doigts, c’est plus sympa (notez la rime).

L’océan enfin: grand, bleu, vagueux et agité, chaud (vous voyez un bon bain chaud ? bah pas loin …). Mais on ne s’est toujours pas baigné parce qu’il pleut les après-midis (grave) et donc que ça coupe l’envie un peu.

Voilà voilà, la suite au prochain épisode.

Ah si j’avais oublié! Hier soir on est sortis marcher un peu pour trouver de quoi manger, donc dans la nuit le long de la route… Et on s’est fait accoster par un type qui voulait nous amener dans son resto, et tout et tout, et comme on était pas mariés il nous proposait aussi des filles… de 16 à 19 ans… Heureusement on a réussi à s’en débarrasser.

Et hop

On est bien arrivés.

Maintenant on va se reposer dans notre maison (après 3h30 de route à faire Sri Lanka Style)

J-1 ou presque …

H – 43 pour être exact.

Et voilà, le départ c’est bientôt, les plages, le surf, les noix de coco, le stage au Sri Lanka

Et forcément rien n’est trop préparé, par exemple mon sac est pour l’instant cruellement vide, mais rassurez vous j’ai ma liste… si je ne l’ai pas perdue. Donc pas trop de nouvelles pour l’instant mais bientôt vous en aurez plein grâce à la puissance du 56k Sri Lankais !!!

A bientôt alors, en direct de Weligama.

PS: Si vous arrivez depuis le blog de Cyrille, je vous fais un bisous (c’est cavalier je sais :-D)… C’est assez égoïste (je trouve) mais ça m’a fait super plaisir qu’il me cite comme ça, j’ai vraiment l’impression d’aider et de participer à bâtir un avenir meilleur pour … je m’emporte là ? Ça m’a rappelé mon épisode de traducteur qui m’avait fait chaud au cœur aussi. Faudrait que je continue !

Pas grand chose et un peu de tout

Je ne suis pas trop in the mood for write en ce moment. Alors forcément ça peut sembler vide. Mais je pense que je me rattraperai au Sri Lanka (départ dans 1 semaine !!) si j’ai une connexion potable.

Sinon de quoi je pourrais parler…

J’ai pu dire récemment en tant que passager dans une voiture: « Attention un lama sur la route! ». Je trouve quand même que c’est pas rien, ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir dire ça pour une vrai raison quand même.

Sinon je pourrais vous parler de Harvey Milk… Sean Penn est bien, le film est un peu longuet, la photo est sympa, mais ce n’est vraiment pas mon préféré de Gus Van Sant. En plus il faisait méga chaud dans la salle et ça c’est pas cool.

Voilà voilà c’est tout!

Ah si! J’ai remangé roumain dans un resto! C’est cool ça, pas léger du tout mais cool 🙂

Un bon week-end de plus

Enfin le samedi en tout cas, le dimanche est en cours, j’émerge et je pense à me faire des pâtes, mais là vraiment, right now, j’émerge, doucement, mais sûrement.

Donc la journée d’hier a été belle, au niveau du temps, des activités et du reste (même si je sais pas trop ce que je pourrais bien mettre dans cette catégorie « reste ») tout en restant extrêmement antiproductive. Mais bon samedi…

Donc je rentre dans mon chez moi de bon matin, et je constate que ledit chez moi est squatté… grave même. Et mon lit aussi … Bref, j’aide au réveil des âmes perdues et hop gogogo dans un indien à volonté. Cette dernière étant plutôt de haut niveau.

Ensuite, l’estomac gonflé, les jambes lourdes, les dents du fond bien à leur place et l’esprit serein, nous allâmes jouer à la pétanque carrée, et flaner dans un parc, par cette chaude journée de février. Le printemps arrive, et ça, c’est bien.

Sur ce, pâtes, pesto, assiette, fourchette, et hop !

Sombritude

Allez hop, une photo que j’ai retrouvé derrière les fagots (oui oui j’ai des fagots chez moi…). J’aime bien la lumière mais… je sais pas, si j’ai bien réussi à en faire quelque-chose…

Ombres et Lumières

(pour une taille plus grande, cliquez)